✨ Quête du développement personnel✨


.
Depuis de très loooong mois, j’observe, je râle, je rumine, je rigole, j’apprends, j’échange, j’essaye de comprendre, je prends du recul, je mets de la distance en observant ce monde, ce nouveau monde de la spiritualité, du développement personnel business.
Alors oui j’avoue je ne comprends pas tout.
Le monde va tellement vite qu’il me dépasse.
Le monde va tellement mal que tout le monde veut devenir thérapeute pour sauver le monde.
Alors que noooon, la base du développement personnel, c’est de se sauver soi-même.
Pas besoin de devenir sauveur (très joli masque, mais lourd à porter), surtout pas.
Le développement personnel business va vite mais parce que les gens sont pressés, du coup le monde de la spiritualité s’est adapté chèrement .
Tout doit être immédiat, tout en un clic de doigt, la formation, l’initiation, l’apprentissage, le soin, le tirage de carte et sans bouger de chez soi évidement.
Les résultats suuuurtout doivent être immédiat, la réponse à la question instantanée.
.
Or la spiritualité, ce n’est pas cela.
.
Le développement personnel est une quête, un cheminement personnel et non une course.
Les personnes vont tellement mal que tout le monde en a ras le bol, en voulant tout changer dans sa vie, et surtout avoir un nouveau métier. Du coup, tiens, me lancer dans le développement personnel, pourquoi pas, ça a l’air tellement génial, aidez les autres et en plus en vivre. !!!!!!
Quelle fausse bonne idée.
.
Avant d’aider les autres, aide-toi toi-même.
Comprend comment tu fonctionnes, découvre qui tu es, commence à soigner tes blessures, petit enfant intérieur.
Pense d’abord à te sauver dans ce monde cruel plutôt que d’essayer de sauver les autres.
Et surtout, ne te contente pas de lectures, de conférences, d’oracles ou de prédictions divines de « thérapeutes ». Expérimente, fouille, approfondis, nettoie, avance, tombe, relève-toi, fais le lien, enlève couche par couche de l’oignon, commence par ton chakra racine au lieu déjà de devenir médium en 2 jours en ouvrant ton 3eme œil. Ne te forme pas à distance en 1h30 pour devenir guérisseur, alors que tu ne comprends rien à l’ancrage et à l’Energie.

Il y a des étapes, des stades. Et non désolé, tu n’es pas plus malin ou intelligent qu’un autre. Nous devons tous en passer par là. Il y a des pauses, où on n’avance pas, où on est fatigué, et c’est parfaitement normal. Tu veux baisser les bras et puis il y a cette conversation improvisée qui va t’apporter une clef, un mot afin de déverrouiller cette porte bloquée depuis des mois.

Le monde du développement spirituel, ce n’est pas lire des livres Feel good, être heureux toute la journée, ne plus avoir de problèmes au quotidien, tourner la tête devant le malheur, fermer les yeux sur ce qui fait mal, voir des anges partout, parler avec des mots que tu ne comprends même pas.
.
J’ai commencé à réfléchir ce que représenter la spiritualité pour moi, dans ma vie, dans mon quotidien.
Est-ce qu’un beau matin, en me levant, je me suis dit : tiens, ça serait bien que tu deviennes spirituelle aujourd’hui !
Et j’ai réalisé qu’avant tout, je suis (toujours
🤷‍♀️) humaine avec cette part de spiritualité, de sagesse en moi que je suis allée chercher, nettoyer, approfondir dans ma part sombre.
.
Alors Oui, je peux encore m’énerver, dire des gros mots, être mélancolique, je ne bois pas d’alcool et je ne fume pas parce que je n’aime pas ça, je maaaange encore du poisson, j’adore faire des câlins plutôt que de longues phrases d’empathie, je n’appelle personne mes amours, mes belles âmes ou mes lumières, (juste « petits scarabées »😋🙈 certaines comprendront). J’ai de l’humour (enfin je crois 🤔😂) , je ne suis pas susceptible. Je suis bordélique (organisée), je ne suis pas une maniaque du ménage ( vis ma vie à la campagne avec 2 gros chiens et 7 chats), il y a des périodes avec et des périodes sans, des coups de fatigues pour se mettre en retrait et intégrer de nouvelles énergies, de nouveaux apprentissage. Je ne suis pas du matin, pour aller méditer sous mon tilleul à l’aube. J’oublie de prier à la nouvelle lune ou de faire ma méditation du solstice. Je dis merci et non namasté. Je conseille à « mes élèves » lors d’exercices de prendre une pelle pour creuser plutôt que d’utiliser un rayon lumineux argenté angélique envoyé par les Atlantes. Je ne connais pas mon cycle, et j’avoue, je m’en fou depuis mon plus jeune âge. Je ne vis pas que d’amour et d’eau fraiche (sinon je serai mince). Mon vocabulaire spirituel est toujours très terre à terre, ce qui détonne très souvent. Mais je souhaite que les gens comprennent, avancent, ne restent pas sans réponse, de peur de déranger le Maitre.

Alors oui, mon cheminement personnel m’a permis de comprendre énormément de chose. De casser, déverrouiller, nettoyer, pardonner. Et je suis de plus en plus attentive, aux mots, aux comportements, le mien, ceux des autres.

Je ne suis personne pour t’interdire de devenir thérapeute. Je le suis moi-même.
Mais si cela est ta 1ère intention sur ton chemin spirituel, je peux te dire petit scarabée, que tu fais fausse route et ne sois pas surpris des montagnes, des fossés, des chutes, des portes bloqués devant toi, parole d’un éclaireur.
.
Explique-moi comment veux-tu aider les autres alors que tu n’es pas capable de t’aider toi-même.
Ne cherche pas dans les yeux de tes clients la reconnaissance que tu n’as jamais eu dans les mots de tes parents. Ne dis pas à ta cliente ayant subit un viol les paroles que tu n’es même pas capable d’entendre concernant le tien.
.
Je te choque, j’en suis heureuse. Car je ne suis pas devenue thérapeute pour te plaire. Je suis ici pour te réveiller, t’ouvrir les yeux, te dire les choses que tu ne veux pas entendre.
.
Lors de mes accompagnements, je parle uniquement de mes connaissances expérimentées avant tout sur moi-même. Je vous parlerai d’énergie, maladie, médecine chinoise, bouddhisme, mémoires cellulaires et autres. Mais je ne vous parlerai pas de féminin sacré alors que je n’ai pas fini mon cheminement personnel, de tarot alors que je n’ai pas appris, d’astrologie ou de numérologie car pas assez calé sur le sujet. Bien au contraire, je suis toujours curieuse (bienveillante) d’apprendre, de comprendre, de poser des questions, d’être émerveiller par vos connaissances.
.
Alors oui je vous vois, vous les thérapeutes, arrivés jusque-là, à décortiquer chacune de mes phrases, mes mots, à ruminer, à chercher la moindre faute de français, à crier que j’ai tort.
Justement, si ce texte vous interpelle, posez-vous les « bonnes questions », miroir mon beau miroir.
Ceci n’est pas ma vérité (terme spirituel à la mode), encore moins mon jugement.
Ceci est ma résilience, mon expérience, des 2 cotés (cobaye et accompagnant)
Ce texte est justement mon cheminement interne des 3 premières phrases de la partie I de ce long post.
Je ne vis pas la spiritualité.
La spiritualité vit au plus profond de moi-même, en s’adaptant à moi, à mon monde intérieur, et non pas à ce que ce monde business, pardon spirituel veut m’offrir.

Je ne prends que ce qui est bon pour moi et uniquement. Et je m’en fou que ça ne corresponde pas à la majorité. Car n’oublies pas, je suis moi, et non toi.
.
Car non, on ne devient pas spirituelle. Ce n’est pas un métier.
Nous sommes spirituelles, naturellement, sans forcer, sans contraintes, sans devoirs.
Et une fois que tu auras appris, compris, nettoyé, pardonné, oui, le monde t’ouvrira les bras, et les gens n’attendront que tes conseils, tes mots, ta lumière, ta bienveillance, de par ton expérience.
.
Et surtout n’oublies jamais, le chemin n’est jamais fini, même une fois installé. Nous devons toujours apprendre, comprendre, grandir et avancer. Parole de petit scarabée.
.
Véronique .

📷 Katmandou, octobre 2018

Laisser un commentaire